Histoire du Domaine de Vautubière

Retour à l'accueil

Le nom du domaine : Vautubière est tiré du provençal « vau tubiero » qui signifie vallée brumeuse.
Les romains : y ont construit une villa au 1er siècle avant Jésus-Christ.
Elle a été occupée jusqu’au 5ème siècle de notre aire soit pendant près de 600 ans. Elle produisait déjà de l’huile d’olive…
En 1929, lors du défonçage du champ pour y planter de la vigne, de nombreux fragments de poteries et de tuiles sont découverts. Stockés le long de la route, ils ont malheureusement été peu à peu « emportés ».
La découverte sur le site d’une meule de pressoir oléicole « orbis de trapetum » prouve l’éxistence d’une huilerie antique.

La seconde guerre mondiale : a épargné le domaine.
D'abord situé en "zone libre", il a été occupé par l’armée allemande à partir de 1943. Pendant cette période, des trous individuels ont été creusés dans le parc pour protéger la troupe d'éventuels bombardements. Sur un versant de colline, un ensemble de tranchées et de trous d'homme a été creusé pour couvrir une retraite imminente. Pendant cette période, le domaine et ses occupants ont été été menacés à plusieurs reprises par les réquisitions et pillages de l'armée allemande comme par les pilonnages d'artillerie de l'armée américaine. Un certain courage familial, "une bonne étoile" et le manque de précision des artilleurs ont toutefois permis de les épargner.

L'autoroute du sud : en 1965, le projet d'échangeur initial devait raser la bâtisse, son parc, et détruire le site archéologique. Un sondage est alors entrepris sur la villa romaine par Bernard Pouyé. C’est grâce à ces fouilles que le projet a été modifié. L’ancienne voie romaine qui remontait vers le nord n’a pas survécu à ces travaux, le vieux puits en pierre et la maisonnette qui accueillait les ouvriers saisonniers de l’exploitation non plus.

Frédéric Mistral :
« Le poème du Rhône en douze chants »
CANT SEGOUND / LOU PRINCE D'AURENJO / XVII
Lou neblarés, qu'à cha pau s'enlumino,
A descubert au jour la vau tubiero
Emé si verd coustau de mountagnolo
Qu'entre-mitan lou Rose ié barrulo.

 

L'épais brouillard, qui peu à peu s'éclaire,
a découvert au jour la vallée vaporeuse
avec les verts coteaux de ses collines
où court le Rhône roulant au milieu d'elles.